Comment Combattre Les Maladies de L’infertilité : Guide Sur L’Endométriose et Le SOPK

Diseases of Infertility - Endometriosis and PCOS

Si vous êtes à la recherche de réponses, il y a alors de fortes chances que vous ayez du mal à tomber enceinte. Un couple sur cinq est confronté à des problèmes d’infertilité, mais la cause première de chaque cas peut être très différente. Découvrez comment vous pouvez agir à la suite de ce diagnostic.

Environ 12 % des femmes luttent contre des problèmes de fertilité. Même si les statistiques permettent de relever une part de responsabilité égale entre les sexes, on a souvent l’impression que l’infertilité est une affaire purement féminine en raison d’une longue histoire de stigmatisation. Ce qu’il faut toutefois retenir, c’est que la difficulté de concevoir peut avoir bien des causes. En ce qui concerne les femmes, le problème vient le plus souvent des maladies comme le SOPK (syndrome des ovaires polykystiques) et l’endométriose.

Non seulement les femmes atteintes de ces affections éprouvent de la difficulté à tomber enceintes, mais elles sont également souvent incapables de mener leur grossesse à terme. Les fausses couches peuvent en effet avoir des répercussions profondément négatives sur la santé mentale de la personne concernée. Un certain nombre de recherches ont effectivement démontré (lien en anglais) que les multiples interruptions spontanées de grossesses ont tendance à aggraver les symptômes dépressifs. Même après les naissances suivantes, les cicatrices émotionnelles issues de cette expérience restent très marquantes.

Vous pensez peut-être qu’il est inutile de combattre l’endométriose au même titre que les 200 millions environ de femmes dans le monde qui luttent contre cette maladie ? Faux. Sachez que beaucoup de facteurs peuvent aider à améliorer vos chances de tomber enceinte lorsque vous souffrez de troubles pouvant être à la base de votre infertilité. De plus, certains de ces problèmes ne nécessitent même pas l’intervention d’un cabinet médical pour être résolus.

Maladies D’Infertilité : Endométriose et Fertilité

Maladies d'infertilité : Endométriose et fertilité

Rien qu’aux États-Unis, on estime qu’environ une femme sur dix souffre d’endométriose. Des millions de personnes dans le monde subissent aussi les problèmes associés avec cette condition sous-diagnostiquée.

L’endométriose est une maladie caractérisée par le développement d’un tissu de l’endomètre (muqueuse utérine) en dehors de son habitat normal. Ces tissus peuvent se fixer de façon aléatoire à toutes sortes d’endroits lorsqu’ils migrent en dehors de l’utérus. Sachant que cette anomalie est souvent localisée dans des recoins insolites de la cavité pelvienne, des cas extrêmes d’endométriose ont été découverts dans l’intestin ou même dans le rectum.

L’endométriose est une maladie très douloureuse et débilitante pour de nombreuses femmes. Elle provoque notamment une inflammation généralisée qui se traduit par des crampes extrêmes, des règles abondantes, la coagulation et la fatigue. Et comme si cela ne suffisait pas, un grand nombre de femmes qui en souffrent signalent également des rapports sexuels douloureux, des troubles du sommeil et une accumulation massive de tissus cicatriciels irréguliers.

Malgré sa fréquence, la cause exacte de l’endométriose n’est pas clairement déterminée. En outre, le diagnostic peut donner lieu à une chirurgie exploratoire et la plupart des traitements sont au mieux superficiels. Dans les cas extrêmes, une intervention chirurgicale peut être pratiquée, y compris l’hystérectomie qui est utilisée pour traiter les symptômes de la maladie. Heureusement, les progrès des traitements de fertilité, et même des options de maternité de substitution, aident maintenant les femmes du monde entier à réaliser leurs rêves de fonder une famille.

Maladies de L’Infertilité : SOPK et Fertilité

Maladies de l'infertilité : SOPK et fertilité

Le syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK a été rapporté chez environ 10 % des femmes dans le monde. Il est considéré comme le trouble endocrinien le plus répandu chez les personnes de sexe féminin. Outre les problèmes d’infertilité, la maladie a également été associée au diabète gestationnel, à l’hypertension, au syndrome métabolique, à la dépression et même au cancer.

Une affection aussi dévastatrice mérite sans doute plus d’attention qu’elle n’en a eu jusqu’à présent. Malgré sa prévalence, la cause du SOPK est toujours inconnue. On sait néanmoins que le SOPK est un trouble endocrinien caractérisé par la surproduction d’androgènes provenant des ovaires. À noter que les androgènes sont des hormones « mâles » telles que la testostérone, la DHEA-S et l’androstènedione.

La production et la prolifération de ces hormones apparemment spécifiques aux hommes provoquent un certain nombre de symptômes inconfortables chez les femmes atteintes de ce trouble. Il s’agit entre autres de règles irrégulières ou limitées, d’un excès de poils sur le corps et sur le visage. Dans certains cas, la peau devient épaisse, foncée et veloutée. De même, le SOPK peut également agir négativement sur votre état d’esprit général, votre métabolisme et votre capacité à tomber enceinte.

Par ailleurs, comme s’il s’agissait de remuer le couteau dans la plaie, la plupart des femmes qui luttent contre ce mal éprouvent également des problèmes de poids, de thyroïde et de perte de cheveux, et ce, sans compter les autres affections potentiellement mortelles qui viennent s’y greffer.

Comment Combattre Les Maladies de L’Infertilité à La Maison

Woman with Interfility

Après avoir pris connaissance des symptômes et des horribles manifestations de ces deux maladies d’infertilité, on peut facilement se sentir un peu désespéré et impuissant. Cependant, nous sommes ici pour vous dire de ne surtout pas paniquer.

Il existe en effet différentes options de traitement pour soigner l’infertilité. De plus, vous pouvez agir directement chez vous de plusieurs façons pour atténuer l’incidence de ces maladies.

En ce qui concerne le SOPK et l’endométriose, il vous suffira d’apporter quelques changements significatifs à votre mode de vie pour en atténuer les symptômes.

Âge

Chez la femme, l’âge est le facteur principal qui affecte sa fertilité. Bien que cela ne fasse pas toujours plaisir à entendre, des recherches suggèrent que nos gamètes vieillissent en même temps que nous. C’est d’ailleurs pour cela qu’il peut être judicieux de congeler quelques ovules si vous n’envisagez pas de fonder une famille autour de la vingtaine. Cela s’avère d’autant plus utile si vous souffrez de l’une ou l’autre de ces maladies d’infertilités.

Poids

Parlant de poids, il s’agit sans aucun doute de l’un des aspects les plus délicats à aborder quand on évoque le mode de vie. Personne n’aime en effet se faire dire qu’il est en surpoids. De plus, beaucoup parmi nous se sentent impuissants quand vient le moment d’agir pour changer cette situation. Ce sentiment est encore plus fort quand on est aux prises avec des kilos tenaces générés par le syndrome des ovaires polykystiques. Pourtant, il a été démontré qu’un régime alimentaire adéquat et de l’exercice avaient des effets très positifs sur la capacité de tomber enceinte.

On souligne d’une part que l’impact négatif des maladies telles que le SOPK et l’endométriose sont intensifiés par une alimentation riche en sucre, en glucides et en gras saturés. D’autre part, un taux élevé de fibres, l’absence de gluten et un peu plus de « flexitarisme » sont d’excellents moyens de contrôler les niveaux d’insuline et la prise de poids.

À titre d’exemple, vous pouvez effectuer un exercice aussi simple que marcher 30 minutes quotidiennement ou encore faire en sorte que votre Fitbit affiche 10 000 pas par jour. Faire cela peut donc constituer d’excellents moyens de lutter contre ces kilos superflus qui peuvent nuire à votre capacité et à votre motivation de tomber enceinte.

Une nouvelle étude publiée (lien en anglais) dans « Dialogues in Clinical Neuroscience » a révélé un lien significatif entre les niveaux de stress et l’infertilité. Décompresser en demandant des conseils ou en ayant recours à une psychothérapie est une technique ayant démontré une nette amélioration chez les personnes confrontées à l’infertilité. De la même manière, le choix d’exercices à faible impact et relaxants, comme le yoga, peut avoir un double impact. Cela a pour effet d’abaisser les niveaux de stress, tout en améliorant la flexibilité et la santé cardiovasculaire.

Même après tous ces changements positifs, il ne faudra pas s’attendre à ce que les contraintes pouvant résulter des problèmes de fertilité soient effacées d’un coup de baguette magique.

Assurez-vous de demander de l’aide aussitôt que vous en ressentez le besoin. Sachez en outre qu’il existe un certain nombre d’interventions médicales qui, lorsqu’elles sont réalisées tôt, peuvent aider à réduire la douleur, l’angoisse et les frustrations. N’ayez pas peur de vous appuyer sur les personnes les plus proches de vous et sur vos prestataires de soins de santé. Bref, dites-vous qu’avec de la volonté, vous pouvez arriver à vous en sortir.

Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer l'expérience de votre visite. Si vous acceptez les conditions, cliquez sur Accepter et si vous les refusez, tous les cookies de notre site Web seront désactivés, bien que nous ne vous garantissions pas un fonctionnement parfait. Plus d'informations dans notre Règles relatives aux cookies . Ver más